Persécutés pour le simple fait de croire en Jésus

La liberté de croyance est tellement essentielle qu’elle fait partie de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Pourtant ce droit est bafoué dans plus de 50 pays.


Voir la carte

Besoin de plus d'information ?

Découvrez l'Index Mondial de Persécution 2015, le classement des 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés.

L’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme concerne directement la liberté religieuse et stipule notamment le droit de manifester sa religion et d’en changer. Mais ces droits paraissent bien loin pour des millions de chrétiens qui subissent régulièrement les violations de ces articles.

Des droits bafoués

Le droit de manifester sa religion : Dans de nombreux pays, comme en Egypte ou en Ouzbékistan, ce droit n’existe que pour les églises officiellement enregistrées et s’accompagne d’un contrôle strict de l’Etat et d’un grand nombre de restrictions. En Corée du Nord, il n’existe tout simplement pas.

Le droit de changer de religion. Dans la plupart des pays du Moyen-Orient, un musulman qui décide de devenir chrétien est considéré comme un traitre et devient la honte de sa famille. C’est aussi le cas en Inde où les hindouistes qui deviennent chrétiens peuvent être violemment persécutés (battus, chassés de leur village…) Certains pays comme l’Algérie ont adopté des lois anti-conversion pour empêcher les gens de devenir chrétiens.

Le rôle de Portes Ouvertes

Portes Ouvertes apporte son soutien moral et humanitaire à ceux qui ne peuvent pas se défendre parce que le contexte dans lequel ils vivent est trop hostile et ne leur laisse que très peu de libertés et de moyens, voire pas du tout. L’ONG est présente à leurs côtés, elle les écoute, et permet que leurs témoignages ne soient pas oubliés, mais publiés au grand jour.